Assurance de prêt

Assurance emprunteur : à quoi ça sert ?

Avant de vous octroyer un prêt, votre banque doit se prémunir en cas de décès ou d’invalidité. Vous devrez donc souscrire à une assurance emprunteur. Mode d’emploi.

Bien que non obligatoire, l’assurance emprunteur, aussi appelée assurance crédit, est incontournable aujourd’hui : elle permet à la banque de se protéger en cas d’événements entraînant l’impossibilité de rembourser votre crédit.

Quels sont les risques couverts par l’assurance emprunteur ?

  • La perte d’emploi

Vous serez couvert en cas de rupture de votre contrat à durée indéterminée (CDI). Les ruptures de CDD, le chômage partiel, la démission, la fin de période d’essai et la préretraite ne sont pas pris en compte.

L’assurance reste limitée dans le temps (2 à 3 ans environ) : vérifiez bien les délais de déclaration stipulés dans le contrat, car il est souvent préférable de perdre ses droits à l’indemnisation.

  • Le décès

En cas de décès, le paiement du capital restant sera garanti. Les cas d’invalidité très graves, comme la « perte totale et irréversible d’autonomie » (PTIA) sont également pris en compte.

Si vous êtes plusieurs emprunteurs, la partie à votre charge sera remboursée, conformément aux parts décidées lors de la signature.
Attention : les cas de suicide ou la pratique de sports à risques peuvent faire l’objet de clauses particulières dans le contrat : soyez vigilant.

  • L’invalidité / incapacité de travail

Vous serez couvert en cas d’invalidité totale et permanente, dans les mêmes conditions que l’assurance décès.

Si c’est une incapacité partielle, soyez là aussi vigilant à :

  • l’étendue de la couverture
  • les degrés d’invalidité couverts
  • l’âge de fin de garantie…

Quels sont les critères de l’assurance emprunteur ?

En fonction de votre âge, du crédit immobilier que vous allez choisir (durée…) et du nombre de personnes à assurer, le coût de l’assurance peut varier du simple au triple, avec les même garanties.

Son tarif est évolutif : il augmente avec l’âge et diminue en fonction du capital qu’il vous reste à rembourser.

Quelles sont les différentes formes d’assurance emprunteur ?

Vous avez le choix entre deux options : l’assurance de groupe ou l’assurance individuelle.
Votre banquier va systématiquement vous demander d’adhérer à son propre contrat d’assurance collective, un « contrat de groupe » standard proposé à tous les clients de la banque, assurés dans les mêmes conditions et quasiment au même tarif. Ce système répartit les risques entre tous les emprunteurs, quel que soit leur âge : si vous êtes jeune et en bonne santé, vous allez payer très cher.

Depuis septembre 2010 (et la loi Lagarde), vous n’êtes plus contraint d’adhérer à ce contrat collectif : vous pouvez donc choisir librement votre assurance, en étudiant attentivement les offres de la concurrence.

Avec l’assurance individuelle, dite délégation d’assurance, vous pourrez personnaliser votre contrat et adapter l’assurance à votre profil, et donc faire des économies. Cette formule est plus particulièrement recommandée si vous êtes jeune, sportif professionnel, si vous exercez un métier ou des loisirs à risque, ou bien encore si vous empruntez sur une courte durée.

Assurance emprunteur : toujours bon à savoir !

  • Vous ne pourrez « échapper » à l’assurance emprunteur que si vous pouvez mettre vos biens en garantie, autrement dit si vous avez un « gros » patrimoine.
  • L’assurance emprunteur doit impérativement être prise en compte dans votre budget, car elle peut représenter entre 5% et 30% du coût global de votre crédit.

En résumé, l’assurance emprunteur va rassurer la banque et votre entourage en cas d’imprévu. Prenez donc le temps de la choisir correctement !

April

Sur le même thème