Credit immobilier

Crédit immo : Taux faible… Acheter maintenant ? Ou attendre ?

2013 est passé trop vite et vous n’avez pas réussi à vous décider ? Vous n’êtes pas tout seul ! L’année 2014 réservera-t-telle aussi son lot d’incertitudes ? 2016, les taux étaient au plus bas.  Est-ce le moment de passer à l’acte ? Voici les scénarios possibles et les informations à ne pas perdre de vue. 

Acheter maintenant ? Les indicateurs au vert

Cela ne vous a pas échappé : l’année 2013 a été marquée par une baisse des prix de l’immobilier un peu partout en France. Une tendance favorisée par des taux d’intérêt historiquement bas, autour de 3%. Tendance durable ?

Pour le réseau d’agences Century 21, le marché est « en apesanteur » et « la situation en 2014 devrait être relativement comparable à celle observée en 2013, à taux constants ». Précision qui a toute son importance : les banques vont-elles maintenir ce niveau de taux avantageux pour séduire de nouveaux acheteurs, ou faut-il craindre une remontée des taux cette année ?

Pour être concret, une hausse de ces taux rendrait la constitution de votre dossier plus compliquée, puisqu’elle entrainerait (entre autres) une hausse du montant de votre apport.

Acheter ou attendre : les trois scénarios possibles

  • Statu quo sur les taux : les prix vont continuer de baisser, au même rythme qu’en 2012 et 2013. L’achat reste recommandé. (NB : en janvier, 90% des banques ont déjà opté pour un maintien des taux).
  • Hausse progressive des taux : la baisse des prix sera plus forte, mais devrait se faire de façon plus progressive : calculez le delta entre le prix du crédit et celui du bien espéré. Des opportunités peuvent se présenter.
  • Hausse brutale des taux (peu probable) : le marché pourrait marquer un coup d’arrêt pendant plusieurs mois, en attendant que la baisse des prix ne redevienne proportionnellement supérieure à la baisse du taux. L’achat n’est plus intéressant car l’emprunt devient trop coûteux. Soyez patient.

01-01

Acheter, attendre… la variable politique et conjoncturelle

N’oubliez pas non plus, pour forger votre décision, de prendre en compte des éléments liés à la conjoncture économique, comme la hausse des prix par exemple (transports, impôt sur le revenu, électricité, gaz etc), ou les décisions du gouvernement.

Parmi les décisions politiques pouvant avoir un impact sur votre plan de financement, le relèvement des droits de mutation, de 3,8% à 4,5%. Prévu pour le 1er mars, elle pourrait vous compliquer la vie, puisqu’elle correspond in fine à une hausse des frais de notaire. Le genre de signal négatif qui doit vous inciter à la prudence et à affiner vos calculs.

Au final, la baisse des prix reste l’option la plus plausible pour cette cette année, et les bonnes affaires peuvent se présenter à tout moment ! Restez quand même vigilants sur l’évolution des taux bancaires et sur l’actualité législative, qui peut être riche en période d’élections, et lourde de conséquences sur votre projet…

La Centrale de Financement

Sur le même thème