Investissement & fiscalité

Faut-il investir dans un bien immobilier en proche banlieue de Paris ?

La proche banlieue, c’est vert et c’est moins cher ! Mais, attention, toutes les communes ne se valent pas en termes de prix et de qualité de vie.

Difficile de choisir entre un investissement à Paris ou en proche banlieue ? Oui… et non, finalement c’est une question de rythme de vie et de moyens.

Un pouvoir d’achat immobilier plus important en banlieue

En matière d’emplacement, Paris semble répondre aux facteurs clés de l’investissement réussi : transports en commun, commerces, écoles, etc. Mais l’argument numéro un pour investir en banlieue c’est le gain de mètres carrés supplémentaires. D’après les Notaires de France, avec un budget de 250 000 €, vous achetez un 2-pièces dans les 19e et 20e arrondissements parisiens et à Vincennes (Val-de-Marne), mais un 3-pièces à Antony, commune située à 6 km au sud de la capitale et très bien desservie par les transports en commun.

Avec 500 000 €, vous devenez propriétaire d’un 3-pièces à Paris 9e et 15e, d’un 4-pièces à Courbevoie et Saint-Cloud, dans la petite couronne, mais d’une maison de 6 pièces à Montreuil, à la limite du 20e arrondissement.

Un prix médian du mètre carré du simple au double

Au troisième trimestre 2014, le prix médian du mètre carré à Paris était de 8 110 €, contre 4 380 € dans la petite couronne, avec dans le haut de la fourchette les Hauts-de-Seine, à 5 320 €. En banlieue, comme les prix sont très disparates d’une commune à une autre, l’occasion de faire une belle affaire est plus grande. En revanche, les prix risquent d’augmenter davantage que dans la capitale.

Mais attention, les inconvénients de l’achat en banlieue existent. En premier lieu, il faut régler la question du transport. Mieux vaut investir dans une commune bien desservie ou avoir une voiture…

Acheter à Paris, avantages et inconvénients

De toute façon, ne nous voilons pas la face, acheter à Paris est très compliqué : rareté des produits, peu de grandes surfaces (la moitié des appartements sont des petites surfaces), impôt foncier élevé, nuisances sonores, prix prohibitifs… Du coup, les candidats à l’achat sont principalement des célibataires ou des couples sans enfant. Et, vu les prix au m², 56,2 % des ménages louent leur logement, contre 37,5 % sur l’ensemble du territoire.

Mais il y a des avantages à acheter à Paris : l’assurance d’un investissement facilement revendable, les prêts accordés par la Ville à 0 % (prêt Paris logement et prêt Parcours résidentiel), la proximité des commerces, les lieux de sorties, les transports… À vous de voir !

A chacun son profil

Vous achetez votre résidence principale ? Investir en banlieue permet d’alléger la note, et de gagner des mètres carrés supplémentaires. Surveillez la desserte en transport en commun pour optimiser la valorisation de votre bien.

Vous achetez un bien pour le mettre en location ? Vous pouvez privilégier la sécurité en achetant à Paris. Ou optimisez la rentabilité locative en visant la banlieue.

Vous voulez vérifiez la pertinence de votre choix ? Prenez conseil auprès d’un agent immobilier.

SeLoger Invest

Sur le même thème